Inspirations pictorialistes

Je vous invite à visiter mon site  que j’ai dédié à mon « Inspiration pictorialiste« .

Qu’est-ce que le pictorialisme?

Entre 1890 et 1914, le pictorialisme occupe une place charnière dans l’histoire de la photographie. Ce mouvement s’est constitué autour de l’idée de faire entrer la photographie parmi les beaux-arts. Luttant contre la standardisation des images qui découlait de cette révolution technique, une catégorie d’amateurs s’efforça d’élaborer une esthétique photographique propre et de placer l’acte artistique au cœur même de la pratique de la photographie. Explorant les genres artistiques traditionnels tels que le portrait, le paysage ou la vue d’architecture, les photographes pictorialistes s’attachèrent à mettre en avant la vision du sujet et à transformer le réel à l’aide d’artifices divers tels que flous, effets de clair-obscur ou cadrages tronqués, et de techniques sophistiquées de tirage autorisant l’intervention manuelle. Les relais institutionnels et les relations privilégiées entre les pictorialistes et  les tenants de l’art moderne ont  permis à la photographie d’acquérir le statut d’œuvre d’art à la veille de la Première Guerre mondiale, en revendiquant l’importance de la vision subjective. Aujourd’hui, le pictorialisme n’est plus vraiment à la mode, alors que les appareils de photo numérique rivalisent d’effort pour multiplier le nombre de pixels, et les objectifs se perfectionnent pour améliorer le « piqué » des images!

Afficher l'image d'origine

Photo pictorialiste qui illustre bien ce mouvement

Ma source d’inspiration d' »Explorations picturales » est pourtant le pictorialisme. Images déformées par la vitesse, utilisation d’un sténopé (objectif percé d’un trou), vues prises à travers une fenêtre embuée,  ambiances nocturnes, brouillard créent une atmosphère mystérieuse et une graphisme particulier qui peuvent rappeler les  tableaux de la fin du 19éme siècle ou du début du 20ème siècle, avant l’apparition des cubistes, des fauves et de l’abstraction. Une référence particulière à l’impressionisme de Monet se retrouve bien sûr dans la série « Les Nymphéas« .

« Rêves éveillés » et « Rivages » révèlent des instants fugitifs. Eclairé par un soleil rasant ou une  lumière blafarde,  dissimulé par la brume ou le brouillard, le paysage est plongé pendant quelques minutes  dans une atmosphère irréelle. C’est un moment magique pour le photographe qui doit capturer les images bientôt disparues. Quelques secondes plus tard, l’obscurité,  la plate lumière du soleil ou l’ombre des nuages auront vite fait évanouir  la magie qui anime les lieux. Ils retourneront dans leur banalité quotidienne.

adresse du site: http://jeansteffan.wixsite.com/photos

Merci de regarder  les photos sur un écran de taille suffisante, le téléphone portable n’est pas idéal !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s