Villages des minorités du Sud Est de la Chine

Il existe en Chine plus de 50 minorités ethniques qui représentent seulement 8% de la population. Certaines d’entre elles ne comptent que quelques centaines de milliers d’individus, mais d’autres en comptent plusieurs millions comme les Miao qui sont environ 4 millions en Chine, principalement dans le Guizhou. Dans cette même région réside la minorité Dong de 2,5 millions d’habitants.

Les Miao se sont établis dans les montagnes, alors que les Dong se sont installés au bord de rivières.

L’habitat traditionnel est construit en bois, les poutres sont assemblées à l’aide de tenons et mortaises, sans clous ni vis.  Les Miao plantent des pins à la naissance d’un enfant. Ces pins, à croissance rapide, sont appelés « pins de 18 ans ». En effet, ils sont coupés pour bâtir une maison au moment du mariage de l’enfant.

_jst2724

 

Les Villages Miao  n’abritent souvent que quelques familles du même nom.

_jst1592

js1_2214

_jst1755

 

On accède au village par une porte en bois,  décorée de sculptures chez les Dong.

_jst1814

js1_2471

 

Les maisons ne comportent qu’un ou deux étages. Elles sont parfois sur pilotis quand elles sont construites sur la pente ou quand elles servent de grenier pour stocker le riz.

js1_1872

js1_1885

_jst1788

 

Le toit des maisons est fait de tuiles noires, ou encore d’écorce pour les plus pauvres.

_jst1911

js1_2052

 

En raison de l’humidité ambiante très élevée, les habitants suspendent leurs vêtements à l’extérieur des maisons, à l’abri de la pluie, sous la toiture. A l’intérieur, rien ne sèche et tout moisit très rapidement. Après la récolte, on  fait aussi sécher sous la toiture les épis de maïs ainsi que le tabac. Les feuilles de tabac sont découpées en petits morceaux et consommées roulées au bout d’une pipe.

js1_2307

_jst1429

_jst2189

Aujourd’hui, le bois est de plus en plus remplacé par le béton, peint en marron avec des motifs « bois ». C’est certainement plus confortable. Le gouvernement chinois veille toutefois à maintenir quelques villages traditionnels témoins du patrimoine culturel des minorités. Ces villages, accessibles en TGV, sont  ouverts aux touristes (essentiellement chinois) moyennant un péage d’entrée. On peut regretter que ces villages soient devenus des sortes de Disneyland où cohabitent les habitants qui vivent encore de façon traditionnelle et les touristes chinois et européens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s