Le Ying et le Yang dans le Yunnan

Dans toutes choses, dans l’homme comme dans l’univers, on peut distinguer 2 forces opposées, 2 aspects contradictoires et complémentaires ; les chinois parlent de Ying et de Yang. Si un aspect l’emporte, il y a déséquilibre. La réalité n’est pas toute noire ou toute blanche, le plus souvent, il y a du yin dans le yang et inversement.

Le Ying symbolise la nuit, le froid, le noir;  les choses et les êtres négatifs;

le Yang le jour, le blanc, les choses et les êtres positifs.

 

Dans les villes chinoises le Ying et le Yang se côtoient souvent:

Le Ying, c’est la laideur des bâtiments modernes et les villes érigées à la hâte sans soucis d’esthétisme. Les immeubles sans charme se dressent côte à côte dans un environnement urbain sans âme et sans charme.

Un peu partout, des bâtiments crème et marron poussent comme des champignons. C’est l’étendard du combat lancé par Xi Jinping contre la pauvreté.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Yang se niche au coeur de ces villes poussées trop vite. Ce sont  les  demeures anciennes qui ont résisté à l’urbanisation sauvage, décorées avec soin d’estampes raffinées, dédale de pièces  qui communiquent avec des jardins luxuriants, peuplés de bassins et pièces d’eau où nagent des poissons rouges.

 

 

 

 

 

Ying et Yang sont partout présents, même dans les cérémonies funéraires.

La mort est Ying, mais la vie de l’au delà est Yang, aussi doit on célébrer les enterrements en mêlant Ying et Yang. Le départ vers l’au delà ne peut se faire sans une fête, en dépit de la peine de voir partir un être cher.

En tête de la procession mortuaire, on lance des pétards qui éclatent en mitraillette pour éloigner les mauvais esprits, puis suivent des étendards et des oriflammes de papier métallique coloré, brandis à bout de bras par des hommes .

 

Le cercueil drapé de noir (couleur de l’immortalité) et rouge (bonheur et bonne fortune) arrive ensuite, entouré de la famille proche et des hommes habillés en blanc (couleur du deuil). La maison an papier symbolise la richesse du défunt.

Les femmes suivent derrière le cercueil, coiffées d’un turban blanc comme les hommes. Le cortège se termine avec l’apparition des dragons à la face grotesque qui cavalcadent en zigzagant.

Enfin,  en queue du cortège, des jets des pétards  éloignent les mauvais esprits qui pourraient encore rôder par là.

 

Ces cérémonies traditionnelles des minorités de cette région reculée  du sud du Yunnan survivront-elles après que l’autoroute en construction soit achevée? Ici comme ailleurs en Chine, les rites funéraires sont en voie de disparition.

3 réflexions

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :