Voyage sans retour

En Italie du sud, tout évoque les forces souterraines et obscures qui secouent la région.  Des milliers d’hommes et de femmes ont été ensevelis à Pompéi et à Herculanum après l’éruption du Vésuve. En Lucanie, une région de collines d’argile, blanches, très instables et profondément ravinées, les glissements de terrain ont contraint les habitants à abandonner le village de Craco pour se reloger  plus loin.

Les hommes ont survécu dans cet univers de cendre volcanique et d’argile, résidant dans les sombres et misérables habitations où se sont entassés les paysans.  A Matera, ce sont des cavités creusées dans le tuf (les sassi) qui les ont hébergés jusqu’en 1950. Les familles logeaient dans l’obscurité   avec enfants, âne, vache et basse-cour, sans eau ni électricité.  Matera, «  une représentation de l’enfer de Dante », écrivait Carlo Levi dans Le Christ s’est arrêté à Eboli. C’est aussi dans les trulli, maisons de pierres sèches aux toits coniques qu’ont vécu les paysans de la région de la vallée d’Itria. Ces habitations n’offraient guère plus de confort que les sassi.

La mort rôde dans tous ces lieux.  La malaria et la peste ont fait des ravages.  Des morts séjournent dans les profondeurs de la terre.  A Naples, les premiers chrétiens et San Gennaro ont été inhumés dans les catacombes, innombrables galeries souterraines creusées dans la ville. A Naples encore, le cimetière de Fontanelle abrite dans sa galerie, creusée dans le tuf  volcanique, les milliers d’ossements des 300 000 Napolitains morts de la peste au 17éme siècle. Ossements et corps agonisants sont encore présents à Herculanum et Pompéi.

Paysages désolés, villages abandonnés, rues désertées évoquent le lourd passé et les menaces qui planent sur l’Italie du sud.

Le miracle de San Gennaro

En l’an 305 de notre ère, l’évêque de Bénévent et futur saint patron de Naples, San Gennaro, est décapité lors des grandes persécutions ordonnées sous le règne de l’empereur Dioclétien. Son sang, recueilli par l’une de ses parentes et conservé depuis dans deux ampoules, va être à l’origine d’un « miracle » qui se produit encore de nos …

Les anciens de Burano

Burano, une des îles de la lagune Vénitienne, était autrefois occupée par des pêcheurs. Aujourd’hui, cette île est massivement  fréquentée par les touristes. Il est vrai que ses maisons peintes de couleurs vives  sont un régal pour les yeux.  Si le tourisme prospère, la population locale tend  à  disparaître pour aller vivre sur le continent. …

Dans les forges de Vulcain

Vulcano  est un volcan faiblement actif des îles Eoliennes.  Il émet toujours des fumerolles qui restent  assez impressionnantes. Du sommet, les cônes volcaniques des îles voisines apparaissent au dessus du pannage des fumerolles Voici le cratère qui s’ouvre au milieu des fumées odorantes d’émanations gazeuses soufrées. Marcher au milieu des fumerolles peut provoquer de graves malaises …